Fermer le menu
Menu

Lutte contre le tabac et l’alcool : quelle mutuelle ?

Le tabac

Lorsque vous décidez de couper les ponts avec la cigarette, la Sécurité Sociale sera là pour vous accompagner à hauteur de 50 euros par an, par personne (150 euros dans le cas de jeunes, des femmes enceintes, des bénéficiaires de la CMU et des patients en ALD) si les traitements prescrits font partie d’une ordonnance émise par un médecin ou une sage-femme consacrée exclusivement aux produits nicotiniques et sont pris en charge par l’Assurance Maladie. Cependant, une assurance adaptée pourrait vous aider à mieux rembourser ces dépenses spécifiques.

Mutuelle-généraliste 2
Arrêter la cigarette

Quelle mutuelle ?

En fonction des contrats, certains proposeront un remboursement complémentaire de celui déjà accordé par la Sécurité Sociale dans le cadre de la lutte contre le tabagisme. Par exemple, pour les plus gros fumeurs, trois mois de sevrage sont souvent nécessaires. Or, ces trois mois coûtent généralement 90 euros en patch à base de nicotine et ceux n’appartenant pas à un cas particulier se verront donc facturés 40 euros des 90 euros, puisque la Sécurité Sociale ne prend en charge que 50 euros des dépenses. Ainsi, les mutuelles les plus adaptées pourront vous rembourser cet écart dans les limites des garanties proposées.
Certaines médecines douces se sont également révélées être efficaces comme aide pour arrêter de fumer. Si la Sécurité Sociale prend en charge les médecines douces pratiquées par des médecins conventionnés (acupuncture, homéopathie), d’autres seront totalement à charge pour le patient. Cependant, des complémentaires santé remboursent de façon plus ou moins intéressante les frais liés aux médecines douces. Il est donc nécessaire de se renseigner auprès des comparateurs de mutuelles ou de spécialistes pour déterminer la complémentaire santé la plus adaptée.
De plus, certaines complémentaires santé iront jusqu’à vous proposer un coaching anti-tabac pour vous accompagner durant la durée du sevrage : email, téléphone, etc. En fonction de vos habitudes de vie et alimentaires, un programme adapté à votre profil vous sera proposé. Des applications, notamment une lancée en septembre 2015 par le Ministère de la Santé a pour vocation d’accompagner les fumeurs qui souhaitent arrêter la cigarette.

Le cas de la cigarette électronique

Depuis quelques années, la cigarette et le tabac classique ont laissé place à la e-cigarette et aux capsules parfumées à recharger. Certaines mutuelles et complémentaires santé prennent en charge jusqu’à 75 euros par an la cigarette électronique en la considérant (à même titre que les pastilles de nicotine par exemple) comme substitut à la cigarette. En revanche, la cigarette électronique n’est pas considérée comme un dispositif de sevrage par la Sécurité Générale qui ne rembourse donc pas les dépenses dues à celle-ci.
Mutuelle-généraliste

Arrêter l'alcool

L’alcool et autres addictions

Une consommation excessive et habituelle d’alcool peut conduire à une dépendance et à de nombreuses pathologies. Si vous décidez de lutter contre une addiction, il est à savoir que la plupart des cures de désintoxication (drogues, médicaments, alcool, nourriture, etc.) et les soins qui en découlent sont pris en charge par l’Assurance Maladie. Cependant, ces frais ne seront remboursés que si les établissements sont des centres publics. Si le patient décide de se tourner vers un centre privé, les charges (quelques fois plus de 300 euros par jour) ne lui seront pas remboursées et seule une mutuelle adaptée pourra aider le patient dans sa démarche.

Quelle mutuelle ?

Depuis 2014 et les pressions du corps médical, certains médicaments comme le Baclofène (un décontractant musculaire) peuvent aujourd’hui être prescrit contre l’alcoolisme et remboursés à hauteur de 30% par la Sécurité Sociale. Une boite de ce médicament coûte 3,35 euros pour 30 comprimés de 10mg. Si la boite semble peu onéreuse, la dose dépend du profil du patient et les addictions les plus développées nécessitent une dose de 180mg de Baclofène par jour. Il est donc important de bénéficier d’une bonne mutuelle santé pour couvrir les frais qui peuvent rapidement grimper.
De la même façon, certaines complémentaires santé proposent des formules intéressantes quant aux séjours en cure de désintoxication privée (qui ne sont pas prises en charge par la Sécurité Sociale) et remboursent très bien le séjour, les traitements médicamenteux et le suivi psychologique. L’accompagnement se poursuit généralement après la cure puisque des mutuelles proposent des conseils de spécialistes joignables par mail ou par téléphone.

Mutuelle-généraliste 2

Je trouve la mutuelle adaptée à mes besoins
Ajouter / Enlever
Votre conjoint(e)
Ajouter / Enlever
Votre 1er enfant
Ajouter / Enlever
Votre 2e enfant
Ajouter / Enlever
Votre 3e enfant
Ajouter / Enlever
Votre 4e enfant
Ajouter / Enlever
Votre 5e enfant
Étape 1/2 
Vos coordonnées
Étape 2/2 
Ce site utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant à naviguer, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus, cliquer ici.